• Accueil
  • > Parti de gauche
  • > Déclaration du Parti de gauche : De toutes nos forces pour l’unité de l’autre gauche!

Déclaration du Parti de gauche : De toutes nos forces pour l’unité de l’autre gauche!

Posté par Pascale le 22 octobre 2009

 Jeudi, 22 Octobre 2009 11:06 Eric Coquerel

Le PCF a diffusé lundi un communiqué titré «le rassemblement ne fait pas bon ménage avec les coups de forces médiatiques». Il implique personnellement Jean-Luc Mélenchon et ainsi le Parti de Gauche qu’il préside. Il nous place dans l’obligation de répondre au risque d’une publicité de nos débats que nous n’avons pas souhaitée.

A quelques jours d’un CN qui sera décisif pour le Front de Gauche puisque le PCF y fera une offre nationale pour les régionales, nous regrettons et la forme et le fond de ce communiqué. Nous ne comprenons pas les raisons d’un tel décalage entre les propos réellement tenus par Jean-Luc Mélenchon et la version qui en est donnée par ce communiqué. Nous ne voulons pas participer à une polémique que nous jugeons vaine. Nous ne voulons pas fragiliser une alliance qui est le coeur de notre stratégie. Mais notre alliance ne peut se développer, et s’élargir, que dans des rapports égaux et francs. Nous publions donc cette déclaration pour corriger les informations erronées que contient le communiqué du PCF. Nous sommes certains quau final les responsables et militants communistes le comprendront : le respect que nous attendons de leur parti est la plus sure garantie que la réciproque soit toujours vraie. Pour notre part nous n’y avons jamais manqué.

 

DOUBLE CANDIDATURE AUTO-PROCLAMEE ?

Commençons par le plus commenté : « Quant à la deuxième déclaration de candidature du premier responsable du Parti de Gauche en une semaine, cette fois en Ile-de-France, elle apparaît peu acceptable du point de vue du respect mutuel due aux partenaires et à leurs militants. La démocratie et la concertation sont préférables à l’auto proclamation » déclare le communiqué. Quelle est cette première déclaration de candidature dont parle ce communiqué ? Jean-Luc Mélenchon n’a fait aucune autre déclaration à propos de sa candidature en dehors de ce qu’il a dit dans le cas de l’Ile-de-France. Les informations parues dans «L’Express» et «Midi libre» sur sa candidature en face de Georges Frèche sont de la seule responsabilité de ces médias et n’ont jamais été commentées par lui d’aucune façon. Pour ce qui concerne l’Ile-de-France, chacun peut vérifier ce qu’il en est en consultant le site de France 3. Après avoir montré que l’affaire de l’aménagement immobilier de « la Défense » était le véritable enjeu de la nomination de Jean Sarkozy à l’EPAD, il a montré que, de ce fait, la prochaine élection régionale en Ile-de-France incluait une confrontation avec le Président de la République lui-même. Interrogé sur sa candidature dans cette région par le journaliste, et non de sa propre initiative, il a répondu : « si c’était possible, j’en serais (…). C’est clair il y a plein d’autres candidats parfaitement capables au PCF, PG, NPA … Cela m’intéresse, si on le veut. Mais je ne vais créer moi-même une bousculade … ». Où est l’auto-proclamation ? Comment faudrait-il nommer alors les candidatures communistes annoncées aux européennes avant toute concertation au sein du Front de Gauche ? Et celles déjà annoncées en vue des prochaines élections dans plus d’une région ? Le président de notre parti est légitime, autant que d’autres en Ile-de-France, dont il a été élu local et national pendant de nombreuses années. Une offre de service n’est pas une auto proclamation. Dire le contraire n’est respectueux ni de la vérité, ni de la personne, ni du partenariat dans le Front de Gauche.

UN ACCORD PRATIQUEMENT SCELLE ?

Un point important du communiqué concerne la question cruciale des discussions dans le cadre du groupe de travail de l’autre gauche. Le communique déclare « Jean Luc Mélenchon salue un accord pratiquement scellé entre le NPA, le PCF et le Parti de gauche. La vérité oblige à dire qu’un désaccord sérieux persiste sur la volonté de construire des majorités de gauche excluant, certes, toute compromission avec le Modem, mais prenant toutes leurs responsabilités jusque dans les exécutifs, dans l’application des mesures qu’elles auront portées devant les électrices et les électeurs. » Précisons d’abord que les propos de Jean-Luc Mélenchon n’évoquent nullement « un accord pratiquement scellé ». Il répond ainsi au journaliste Samuel Etienne : «vous pensez que nous n’y arriverons pas (à l’accord de toute l’autre gauche) ? Peut-être aurez-vous raison et que je n’y arriverais pas, mais pour le moment ça avance bien». La vérité oblige à dire qu’il a raison. Si on s’en tient aux points concrets et si l’on se souvient des divergences affichées entre les forces du Front de Gauche et le NPA lors des européennes, nul ne peut nier les avancées en cours.

Quelles sont-elles ?

- Le principe d’une fusion démocratique avec le PS et Région-Ecologie est acté : il s’agit bien de nous regrouper au 2ème tour sur une liste unique de la gauche pour battre la droite.

- Les discussions en cours n’évacuent pas la question des gestions des régions. Le NPA a bien validé dans le compte rendu de la réunion du Groupe de travail du 16 octobre la phrase suivante : « Tout le monde est à ce stade grossièrement d’accord sur la formule suivante : aucune des forces du groupe de travail ne dit « jamais par principe », aucune ne dit « toujours ». Il n’y a donc pas de refus de principe, dans toutes circonstances, de gérer les régions.

 

- Le NPA n’évacue pas la question de la mise en Suvre du programme que nos listes pourraient défendre. Mais à ce stade il ne l’imagine pas possible dans des exécutifs dominés par le PS tel qu’il est. Le NPA écrit : « Nous nous engageons à le défendre (le programme) dans les conseils régionaux et à le mettre en Suvre partout où le rapport de forces le permettra. Mais nous ne sommes pas prêts à brader nos idéaux, à tourner le dos aux aspirations populaires, à nos responsabilités d’écologistes radicaux, dans un gouvernement de région dirigé par le PS tel qu’il est ». Cette formule contient une part de vérité partagée par nous. Qui, dans l’autre gauche, est certain de pouvoir appliquer de vraies mesures de gauche, « excluant toute compromission avec le Modem » pour reprendre les termes du PCF, dans un exécutif dirigé par le PS tel qu’il est ? Le PCF lui-même indique d’ailleurs dans le texte qu’il a proposé au groupe de travail que cette participation aux exécutifs se ferait sous conditions. Et on voit bien que si un rapport de force suffisant ne se dessine pas, « le PS tel qu’il est », n’exclura pas, pour ne reprendre qu’un seul point, les compromissions avec le Modem ! Chaque élection partielle le démontre.

Avec d’autres organisations membres du groupe de travail, le PG propose trois conditions à toute participation aux exécutifs : le contenu de l’accord, le rapport de force permettant de l’appliquer et le refus d’une alliance avec le Modem. Le NPA a jugé irréaliste lors de la réunion du 16 octobre, la possibilité de tels accords de gestion si nous ne sommes pas en tête de la gauche. On doit entendre ses arguments. Mais pour notre part nous voulons montrer que la situation au soir du premier tour sera nécessairement plus complexe, du fait des résultats que feront les listes «Région écologie». C’est pourquoi nous proposons de ne pas nous enfermer dans un vis-à-vis avec le PS. Nous proposons de juger au cas par cas. Et de tenir compte aussi du déroulement de la campagne nationale et régionale.

Voilà les pistes que nous avancerons sur cette question lors des réunions du Groupe de Travail prévues le 28 octobre au siège du PCF puis le 2 novembre à celui du NPA. Mais il en est d’autres à explorer bien sûr.

La première c’est notre capacité à nous entendre sur un programme. Le NPA a expliqué, toujours lors de la dernière réunion du Groupe de travail commun, que « la question des exécutifs est une conséquence du débat programmatique, pas un point de départ ». Nous sommes d’accord. C’est pourquoi nous insistons depuis plusieurs réunions pour que lon entre dans le travail d’élaboration des programmes qui, en réalité, définiront le profil de nos listes bien plus que des discours d’intention.

La seconde, préalable à tout, c’est un accord national pour des listes autonomes du PS et des Verts au premier tour. Nous travaillons pour que ce soit des listes d’union de toute l’autre gauche. Car sans cela comment espérer réunir une majorité sur un programme vraiment à gauche ? Sans ces listes la mobilisation des classes populaires tentées par labstention ne se réalisera pas. La confusion est ennemie de la mobilisation.

Dans ce contexte, nous disons à nos camarades communistes que nous attendons avec impatience, mais confiance malgré ces différends, leur offre nationale ce week-end. Nous savons qu’ils tiennent autant que nous à la stratégie du Front de Gauche. Comme nous ils veulent sans doute en faire un point d’appui pour une alliance plus large regroupant toute l’autre gauche et les prochaines dissidences socialistes. Nous avons bien avancé vers notre objectif. Et notre Front de gauche aussi a bien progressé. En décidant comme nous l’avions proposé la constitution d’un comité permanent du Front de Gauche et la mise au point de plateformes partagées nos partis ont ouvert un chemin mobilisateur et créatif. Nous souhaitons poursuivre dans cette voie de rapprochement progressif pour offrir à notre pays une alternative progressiste crédible autant qu’audacieuse.

Une Réponse à “Déclaration du Parti de gauche : De toutes nos forces pour l’unité de l’autre gauche!”

  1. CHABBI MOHAMED dit :

    Ils faut que s’estompent toutes ces divergences qui n’alimentent que la presse et qui en définitive ne feront que décourager la population.On a pu constater que le nombre d’abstentionnistes ne fait qu’augmenter lors de chaque échéance électorale et l’unique victime de ce remue ménage reste la gauche!Au sein du milieu associatif beaucoup rechignent à une union avec le modem et nous trouvons qu’il est urgent d’unir d’abord la gauche et là il faut en convenir c’est tout un travail:la volonté hégémonique des uns,la guerre des chefs des autres ne facilitent pas les choses.

Laisser un commentaire

 

Sylvie Trautmann |
optiqueslibérales |
Union Pour le Développement... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...
| DEBOUT SAINT ETIENNE
| desirdavenir77500