Journal de campagne : première étape

Posté par Pascale le 21 octobre 2010

395141664866744234131422085817739398210356n.jpgDepuis 3 ans, c’est devenu un rituel, Corbeil-Essonnes part en campagne électorale pour des élections municipales. Je  vais donc essayer au long de petites notes de campagne de vous faire vivre ma campagne et ses évènements.

Le 5 décembre prochain les Corbeil-essonnois–es vont devoir retourner voter.  Le motif : le nom de Serge Dassault (inéligible en 2009) figurait sur les bulletins de vote, alors que  seul le nom des candidats à le droit d’y figurer. Le 22 septembre, le conseil d’Etat, comme le tribunal administratif avant lui,  a donc décidé d’annuler le scrutin de 2009.

Depuis nous avons commencé à préparer notre campagne, innovation cette année la gauche s’est uni dès le premier tour. Cela nous semblait la meilleure voie. En effet, nous considérons plutôt ce premier tour comme un troisième. La liste arrivée en tête par deux fois en 2008-2009, a donc désigné la tête de liste, et la mise en mouvement, des diverses forces composant la liste, s’est organisée.

Mes camarades m’ayant désignée pour participer au comité de campagne, je rencontre donc régulièrement les représentants des autres groupes composant notre alliance. Nous avons depuis décidé et distribué un premier journal ou chaque organisation évoquait le sens de sa participation à ce rassemblement des forces de gauche, et, nous organisons jeudi 21 octobre à 20h30 à  la bourse du travail notre seconde réunion publique.

Voila le décor de campagne installé, je vais maintenant essayer de vous raconter régulièrement mon vécu sur cette campagne et comment je la ressens.

Pour commencer, hier porte à porte. François Delapierre, délégué général du parti de gauche, est venu nous apporter son aide. Nous avons été bien accueilli par la population. Les gens évoquant les soucis rencontrés dans leur vie quotidienne et la difficulté rencontrée pour finir les fins de mois quant on gagne 1200 euros par mois. En effet, dans notre société quant on touche cette somme, on dépasse de très peu le seuil fixé pour toucher des APL. Alors, calculez vous-même, comment une personne avec un loyer de plus de 600 euros pour un F3, sans aucune aide,  peut sans sortir avec 1200 euros par mois. En France, on reverse de l’argent à Madame Bettencourt qui est milliardaire, mais on trouve qu’une personne qui touche 1200 euros est trop riche pour avoir le droit à une aide. Il est vraiment temps d’instaurer le partage des richesses et d’établir un salaire minimum.

Une rencontre m’a particulièrement touché, cette vieille dame seule dans son appartement, qui nous répond « vous savez moi ça va, mon frère viens me voir, je pourrais être mieux, mais il y a pire que moi ». Quelle sagesse, alors que certains dépensent de façon inutile et surconsomment, voir cette petite dame aux maigres revenus qui se contente du strict minimum, penser à ceux qui ont moins qu’elle. Une vraie leçon d’humilité.

3 Réponses à “Journal de campagne : première étape”

  1. Dan Ishihara dit :

    Oui, savoir qu’il y a pire ça peut parfois consoler… mais faut-il vraiment se résigner à regarder toujours plus bas ???
    Évidemment je ne suis pas « assez haut » pour avoir le vertige, en regardant vers le bas. Mais, regarder en haut, moi, ça me donne l’impression que ça va nous tomber sur la gueule !
    Autre sensation : « la sensation de foule sur la falaise » : les rangs tombent les uns derrière les autres du haut de la falaise : (on commence par les plus faibles… on continue avec ceux qui ont la plus mauvaise réputation… ), dans le désordre toujours la même fatalité : être le dernier des Mohicans !

    * Plouf : les malades et les handicapés
    * Plouf : les précaires
    * Plouf : les chômeurs
    * Plouf : les Roms
    * Plouf : les vieux et la retraite
    * Plouf : 10 000 000 d’enfants morts de faim dans le monde en un an
    * Plouf : H1N1
    * Plouf : les provoques dans les manifs
    * Plouf : Plouf et re-plouf ! et les manifestants : en tôle !

    La perpétuelle sensation d’être au bord pendant que ça pousse derrière. Parnurge et ses moutons, en quelque sorte…

    Si être pauvre n’est pas une honte… Zarko et ses potes nous apprennent à voir à l’horizon de la misère (encore calme et plate), les paquepots majestueux et insubmersibles des puissances de l’argent…

    Insumersibles ???? Parvenu là… je sais tous à quoi vous pensez ! Olé !

  2. soleil dit :

    pourquoi le mosieur qui est sur votre photo tire son chapeau on a l impression qu il veut cacher son visage ,?

  3. Pascale dit :

    Cher soleil

    C’est un pur hasard, le Monsieur Candidat sur la liste de gauche remettait son chapeau en place quand la photo a été prise, c’est tout.

Laisser un commentaire

 

Sylvie Trautmann |
optiqueslibérales |
Union Pour le Développement... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...
| DEBOUT SAINT ETIENNE
| desirdavenir77500