Journal de campagne 8 : La campagne est finie …

Posté par Pascale le 14 décembre 2010

ec11.jpgLe résultat est tombé, les militants et il faut les saluer ont consacré de nombreuses heures à cette campagne, des heures prises sur leur temps personnel, qu’ils mettent au service d’une cause commune. Je voulais commencer cette note par eux, car qu’il pleuve, qu’il neige, ils ont fait un travail de titans contre un système dont l’ampleur nous dépasse.

Oui, le système  a de nouveau fonctionné, et il y a des matins ou au réveil, on préfère être dans le camp des perdants que s’imaginer gagner avec un système qui détruit et broient les humains. Des matins ou en se regardant dans la glace on est fier de défendre des idées et de respecter les règles de notre république.

 

 

ec10.jpgLa gauche était unie et cela ne suffit pas a battre un système qui gangrène le coeur de notre cité, mais de cela tirons une leçon, que chacun mette son orgueil de côté, nous avons milité  tous ensemble à gauche, et nos différences ont certainement été trop effacées pour que l’électorat de chacun s’y retrouve. Mais nous avons milité malgré ces différences, alors essayons à présent de nous souvenir que si nous ne sommes pas d’accord sur certains points idéologiques, ce que nous devons faire c’est défendre chacun notre point de vue sans s’attaquer à la personne qui porte une idée différente de la notre. Je parle là uniquement de ceux qui se battent réellement sur le terrain des idées, les autres laissons les dans leur voyoucratie ou dans leur guerre de pouvoir et d’Ego.

Camarades de gauche, à Corbeil-Essonnes un système symbolique du capitalisme le plus dur, est en place car c’est le pouvoir de l’argent qui parle, celui de riche qui devient propriétaire du pauvre, pour permettre de laisser en place une politique lui permettant de s’enrichir toujours plus sur le dos de la population.

Camarade de gauche, il faut réveiller les consciences, et les discours trop lisses ou trop consensuels ne seront dans ce cas d’aucune utilité. Ne baissons pas les bras, analysons nos erreurs car c’est le seul moyen de ne pas les reproduire à nouveau. Allons de l’avant, nous sommes solides et nous l’avons prouvé, cette lutte contre le pouvoir de l’argent nous renforce collectivement et individuellement de jour en jour.

Il faut que la gauche  s’affirme face à une droite dure et une extrême droite qui progresse dans le pays. Il faut relever le défi de l’écoute, et proposer  un programme de gauche qui change vraiment la vie des gens.

 

5 Réponses à “Journal de campagne 8 : La campagne est finie …”

  1. Dan dit :

    Bizarrement, jeudi 9, je me suis étalée dans ma rue, sur une surface déneigée au karsher sur laquelle on n’avait pas ajouté de sel pour terminer, ce qui aurait empêcher le verglas de se former… J’ai cru qu’elle seulement mouillée… J’ai avancé d’un pas ferme : épaule gauche — pourquoi la gauche ? — cassée, et comme si ça n’était pas assez, luxée…

    Qui a oublié le sel… dans notre campagne ? (et sur le trottoir devant sa porte ?)

    La vie continue : combattons ! Oui, mais le bon combat !

  2. Eric Bacher dit :

    Un programme de gauche ? D’accord avec toi, alors ne mettons pas notre drapeau (rouge de préférence) dans la poche. Sans jeter l’opprobre sur Bruno Piriou, je redis que cette campagne électorale a été marquée par une dérive droitière, notamment avec le ralliement du Modem. Et puis que dire de l’omniprésence indécente de Manuel Valls, député-maire d’Evry, alors que Bechter/Dassault communiquaient sur la souveraineté de Corbeil-Essonnes (!). Et puis que dire sur le silence assourdissant du Front de gauche (PG et PCF), avec une sénatrice PG de l’Essonne qui n’a, à aucun moment, apporté son soutien à la liste ménée par Bruno Piriou.

  3. Antoine Militant PG paris 13 dit :

    Je lis différents articles sur ce qui s’est passé à Corbeil-Essones et pour l’instant, je ne parviens pas à me faire mon idée.

    Ainsi, l’article du site du PG met en avant l’abstention. C’est sûrement un facteur déterminant mais à l’élection de 2009 les deux candidats étaient très proches alors que maintenant plusieurs centaines de voix les séparent. Cela veut dire en pratique si on suppose que les électeurs ne changent pas leur voix d’une année sur l’autre que :
    - certains électeurs de gauche de 2009 se sont abstenus au 2d tour
    - certains électeurs de droite qui s’étaient abstenus au 2d tour ont voté cette fois.

    La seconde hypothèse est que les électeurs sont les mêmes mais qu’une partie qui avait voté à gauche en 2009 ont cette fois voté à droite.

    ça, c’est pour la soupe électorale, ok, ensuite, des arguments sont mis en avant du genre, tu ne m’as pas assez soutenu ou au contraire tu m’as trop soutenu.
    Là, j’avoue que je ne comprends pas trop, je ne vois pas un électeur aller voter grâce au soutien de tel ou tel personne.

    Enfin, la figure du candidat intrigue, il se bat bec et ongles pour une nouvelle élection et il se présente. Là encore si j’étais un électeur de gauche qui s’est abstenu en 2009, cela ne me pousserai pas vraiment à voter pour lui. J’aurais l’impression de passer d’un système clientélisme à un autre et du coup, je m’abstiens pareil en disant qu’ils se débrouillent.

    Voilà donc quand vous serez remis de la campagne, est-ce que vous pouvez à tête reposée nous faire une analyse de tous ces aspects.

    Si nous ne comprenons déjà pas ce qui s’est passé, je ne vois pas comment nous allons dégager ce qu’il faut faire.

  4. michel dit :

    la défaite de la gauche unie est d’une simplicité, la tête de liste était convoitée très probablement par d’autres !!!!!!!
    Peut-être est-il préférable la réélection de la liste de droite pour 4 ans !!! l’échec de la gauche unie est une certitude, PIRIOU est grillé pour l’avenir. Peut-être est-il préférable de rester sur la scène politique de corbeil-essonnes, plutôt d’être 1er adjoint pour des années. Cela a été très probablement un calcul politique. B.Piriou est peut-être un perdant, l’usure des élections et son âge ( bien que jeune ). N’oublions pas à corbeil-essonnes tout est particulier.

  5. Pascale dit :

    En politique Michel il faut savoir rebondir, personne n’est jamais grillé. Ne présageons de rien, certains ont su rebondir. L’avenir nous dira si Bruno Piriou en est capable. D’autres avant lui ont entendu cela, mais ont su revenir. La gauche a 3 ans pour se préparer, nous verrons la situation à ce moment là. Il y a d’autres luttes à mener, d’autres évènements que notre ville et notre pays vont connaître, et c’est dans les luttes que le combat va continuer pour la gauche.

Laisser un commentaire

 

Sylvie Trautmann |
optiqueslibérales |
Union Pour le Développement... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...
| DEBOUT SAINT ETIENNE
| desirdavenir77500